Global et Local

Luc Belot a rendu son rapport sur les smart cities au Premier Ministre

France Urbaine

Luc Belot, député du Maine-et-Loire, a rendu le 18 avril 2017 son rapport au Premier ministre sur l’avenir de la "ville intelligente", ou "smart city". La commission "développement économique, innovation, numérique" de France urbaine, co-présidée par Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et Jean Rottner, maire de Mulhouse, l’avait auditionné au mois de janvier 2017, pour partager ses vues et entendre les adhérents de France urbaine dans le cadre de la mission que lui avait confié le Premier ministre en novembre 2016 sur « l’avenir de la ville intelligente en France ». Le député était invité, dans sa lettre de mission, à mettre en évidence les besoins que la ville intelligente a vocation à satisfaire, ainsi qu’à identifier les atouts et faiblesses dans l’offre de services et d’équipements des entreprises françaises concernées par ces activités. Il devait en outre expertiser l’articulation entre le déploiement des solutions liées à la ville intelligente et les politiques publiques poursuivies par le Gouvernement en la matière, en s’appuyant sur un état des lieux des projets existants.

Posant comme axiome que la smart city représente une chance pour les territoires et leurs habitants, Luc Belot postule que le déploiement d’outils numériques peut permettre une véritable amélioration de l’utilisation des infrastructures publiques, qui est renforcée par le développement des usages par les habitants.

Son rapport ne vise toutefois pas à définir ce qu’est une smart city ; il dit même qu’il n’y a pas un modèle unique car la seule ville véritablement intelligente est celle qui répond aux attentes des habitants. Cependant, quel que soit le projet, trois principes directeurs doivent guider les territoires.

Principe n°1 : Organiser une réelle gouvernance

Seule une structure de gouvernance associant a minima élus et administration, et plus efficacement l’enseignement supérieur et les acteurs économiques, permettra de sortir des politiques de silos pour aller vers une réelle transversalité.

Principe n°2 : Assurer la souveraineté, éviter la privatisation de la ville

Tous les niveaux de décisions doivent s’approprier les enjeux de souveraineté pour s’assurer que les territoires gardent la maîtrise de la donnée, des outils, des applications Smartphone et des logiciels métiers. La standardisation et la réversibilité doivent, notamment, être des préalables.

Principe n°3 : Garantir une ville inclusive

Donner une place à chaque citoyen, sans fracture numérique, territoriale ou sociale. Dans une vraie logique d’empowerment le mettre au cœur des projets en passant d’une approche centrée usager (user centric) à une approche centrée citoyen (citizen centric). « La smart city c’est passer de la ville Informatique à la ville Numérique. Il s’agit de construire une ville collaborative, contributive, disruptive, inclusive et créative. »

Le rapport pose ainsi 24 propositions qui vont du financement des entreprises innovantes locales à la formation des collectivités sur le numérique en passant par la prévention de la fracture numérique territoriale ou la création d’un service public local de la donnée. Forts de ses constats, des trois principes et des 24 propositions, Luc Belot conclut en insistant sur l’importance de replacer l’usager au cœur de la stratégie publique, de chercher à répondre à ses besoins, et de concentrer les efforts à la mise en place d’une « expérience utilisateur » riche, positive et inclusive.

Voir en ligne : http://franceurbaine.org/luc-belot-...
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.