Global et Local

"La décroissance - 10 questions pour comprendre et en débattre" de Denis Bayon, Fabrice Flipo & François Schneider

L’Ecologithèque / Christophe Léon

« La première source intellectuelle de la décroissance est écologiste, qui apporte en propre un attachement au respect des écosystèmes et du vivant dans toutes ses composantes ainsi qu’une critique de la société industrielle. Comme les écologistes, les objecteurs de croissance affirment clairement que le niveau matériel de consommation des pays “développés” est fortement inégalitaire, que ce soit vis-à-vis du Sud ou des générations futures ; aussi devons-nous de toute urgence réduire nos consommations. »

Si la décroissance n’avait qu’un intérêt ce serait bien, à mon avis, celui du respect des écosystèmes et du vivant. Heureusement, l’idée de décroissance et le mouvement qui lui est lié et qui commence à prendre une certaine ampleur, en a de nombreux autres.
Ce sont ceux-ci et ce que propose le mouvement de la décroissance qui sont repris, décortiqués et exposés dans La décroissance 10 questions pour comprendre et en débattre, de Denis Bayon, Fabrice Flipo & François Schneider, aux éditions La Découverte.
Les auteurs de l’ouvrage ont répondu de la manière la plus complète possible à dix questions que le mot « décroissance » suscite généralement.

La décroissante n’est pas un ready-made. Le projet n’est pas d’apporter des solutions toutes prêtes à tous les maux de la société. Elle ouvre un champ nouveau de possibilités et bouleverse les habituelles certitudes — qu’elles soient consuméristes, productivistes ou encore idéologiques — en les remettant en question. Elle incite à une autre croissance : « nous mettre le plus vite possible sur le chemin d’une croissance de l’égalité. »
Une première question est posée : Que signifie « décroissance » ? Un « mot-obus » comme le nomme Paul Ariès, un mot qui secoue l’imaginaire et entraîne une multitude de réactions. Les auteurs s’approchent au plus près d’une définition qui ne peut être unique, mais plurielle, comme les formes multiples que peut prendre la décroissance dans sa mise en œuvre et son application autant individuelle que collective.
Nos modes de vie sont devenus inadaptés. La crise écologique, financière et sociale n’autorisent plus l’atermoiement. Nous en sommes arrivés à un moment de notre civilisation ou attendre et remettre à plus tard les changements (de culture, de consommation, de production, de choix de société…) n’est plus possible. « Le refus de remettre en cause les styles de vie existants nous conduit vers une société policière, autoritaire sacrifiant peu à peu les libertés fondamentales à la sécurité. »
Destruction des écosystèmes, État policier, dérégulations en tout genre, mis à mal du système éducatif, des retraites, capitalisme outrancier, financiarisation, marchandisation, sportivisation de la société… autant de thèmes auxquels la décroissance tente d’apporter des réponses ou d’entamer le débat. « … la décroissance sert à briser l’idéologie de la société de croissance qui restreint considérablement la liberté des êtres humains. »

La décroissance 10 questions pour comprendre et en débattre est un livre complet, parfois technique, qui ne rechigne pas à appeler un chat un chat, et qui n’escamote pas les controverses ni les courants qui agitent le monde des objecteurs de croissance.
La décroissance se veut participative, ouverte à tous et à chacun, propre à offrir un espace de débats et de propositions. « La décroissance a pour mission de revitaliser les passions nécessaires à l’existence d’un espace public dynamique et apte à critiquer les normes établies, cela dans des domaines où règne un faux consensus pesant et mortifère. »
Exemple le « développement durable » devenu la tarte à la crème qu’on s’envoie à la figure, la norme absolue, un sésame pour l’industrie et un moyen de s’ouvrir de nouvelles parts de marché. Le « développent durable » comme hochet qu’on agite sous nos yeux, comme panacée universelle et comme solution planétaire. « Faute d’avoir ces débats nécessaires, le développement durable se cantonne à un ensemble de recettes managériales et gestionnaires… » Un « développe durable » qui oublie aujourd’hui d’intégrer la question des inégalités écologiques, et pour qui de « durable » il n’y a que le « développement ».

L’ouvrage aborde un grand nombre de sujets et les traite en profondeur — valeur d’usage et notion de besoins, progrès technique, autonomie, bonheur, égalité, consommation, production, société, arbitraires, écologie, Nord – Sud, etc.
La décroissance 10 questions pour comprendre et en débattre représentera une lecture essentielle pour ceux qui veulent comprendre et débattre, participer et agir. La décroissance, on le comprend avec ce livre, n’est pas une idée figée. Elle évolue en donnant à chacun la possibilité d’y apporter sa contribution.
« … les objecteurs de croissance s’accordent pour estimer que leur démarche est motivée par le souci de combattre une évolution antidémocratique qui est à l’œuvre dans les sociétés contemporaines. » Il ne suffit évidement pas de défendre l’ordre établi pour défendre la démocratie. Ainsi la décroissance se veut un agitateur de consciences.

La décroissance 10 questions pour comprendre et en débattre permet de mieux situer et se situer par rapport à une objection de croissance qui peut, si elle est partagée, « joyeuse » et créative être une des clés d’aujourd’hui et de demain pour un avenir plus respectueux de la Nature et des Hommes.

La décroissance 10 questions pour comprendre et en débattre, de Denis Bayon, Fabrice Flipo & François Schneider, éd. La Découvert

Pour en savoir plus : http://www.editionsladecouverte.fr

Voir en ligne : http://www.ecologitheque.com
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.