Global et Local

La France confirme sa candidature pour la grande conférence climat de 2015

goodplanet.info

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à la conférence sur le climat à Doha, le 6 décembre 2012 © Al-Watan Doha/AFP Karim Jaafar

DOHA - (AFP) - La France est candidate à l’organisation en 2015 de la grande conférence de l’ONU sur le climat qui doit déboucher sur l’un des accords les plus ambitieux jamais signés sur la lutte contre le réchauffement, a confirmé jeudi le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius à Doha.

"Je confirme officiellement que la France est disponible pour accueillir en 2015 la conférence sur le climat", a déclaré M. Fabius dans un discours en séance plénière lors de la conférence de l’ONU sur la lutte contre le changement climatique, qui a débuté le 26 novembre à Doha.

"Nous sommes les seuls candidats, ça facilite le choix", a déclaré un peu plus tard M. Fabius lors d’une conférence de presse.

La candidature de Paris avait été annoncée en septembre par le président français François Hollande.

La communauté internationale a décidé à la conférence de Durban (Afrique du sud) en 2011 de conclure en 2015 un accord global, embarquant tous les pays et notamment les grands pollueurs que sont la Chine et les Etats-Unis, pour tenter de contenir à +2°C le réchauffement global de la planète.

Cet accord doit entrer en vigueur en 2020.

"C’est un travail diplomatique considérable. Le changement climatique est le nouveau grand enjeu de la diplomatie mondiale", a estimé M. Fabius.

La dernière conférence de l’ONU sur le climat avec l’ambition de parvenir à un accord global et ambitieux est celle de Copenhague fin 2009 qui a échappé in extremis à un échec total avec l’intervention des chefs d’Etat qui ont finalement conclu un accord politique.

Pour éviter cette situation, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a proposé mercredi qu’un sommet précède le grand rendez-vous de 2015.

"C’est certainement une très bonne proposition (...) Cela permet de donner une impulsion politique qui est nécessaire", a commenté M. Fabius, indiquant que la France allait nouer des "partenariats" avec "les pays qui sont les plus mobilisés, les pays émergents qui ont compris l’ampleur du défi, et les présidences des conférences passées qui ont l’expérience et celles de 2013 et 2014".

Voir en ligne : http://www.goodplanet.info
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.