Global et Local

L’éducation, prochaine révolution de la consommation collaborative ? par Antoine Amiel, de Leeaarn

Incubateur HEC / Antoine Hamiel / 01-03-2013

Antoine Amiel, co-fondateur de Leeaarn, l’université collaborative des entrepreneurs et des professionnels du numérique, prend la plume pour vous livrer son point de vue sur l’éducation.

La consommation collaborative a révolutionné la manière dont nous consommons des produits et des services du quotidien, de la voiture à la machine à laver, en passant par la perceuse électrique ou les appartements. Et si le savoir, les connaissances, étaient les prochains domaines à être bouleversés ?

Traditionnellement, le savoir se transmet de manière unilatérale : le professeur, détenteur du savoir, transfère à l’élève ce qu’il sait, et valide l’acquisition de connaissances via un examen et un diplôme. Or, les méthodes classiques d’enseignement sont bouleversées pour plusieurs raisons.

1)Le chômage des jeunes et leur insertion sur le marché du travail.

D’après l’INSEE, 24% des jeunes sont aujourd’hui au chômage, soit plus du double de la moyenne nationale. Ce chiffre s’envole à 48% pour les jeunes sans diplôme. D’après une étude Deloitte, 28% des diplômés de grandes écoles depuis moins de trois ans sont au en recherche, soit deux fois plus qu’il y a trois ans. Certes, la crise y est pour beaucoup. Or en temps de crise, se former pour améliorer ses chances de trouver un emploi devient une nécessité. L’auto-formation et la recherche de compétences informelles, hors des cursus classiques s’impose petit à petit comme une solution.

2) L’augmentation globale du coût des études : aux Etats-Unis, les frais de scolarité ont augmenté de manière inversement proportionnelle aux salaires à la sortie. A tel point que certaines initiatives invitant à faire voler en éclat le système universitaire ont émergé : l’une d’entre elles est portée par Peter Thiel, co-fondateur de Paypal qui a créé via sa fondation le programme « 20 under 20 ». Cette fondation finance des projets d’étudiants et leur propose tout simplement d’abandonner leurs études.

3)Les technologies numériques ont permis de diffuser de manière massive des savoirs, et ce quelle que soit l’origine géographique de l’élève, sa culture et son budget. Coursera permet de suivre gratuitement des milliers de cours donnés par près de 70 universités du monde entier. Les participants aux cours peuvent interagir, poser des questions et enrichir de leurs propres recherches les cours. Inciter l’élève à ne plus être un simple spectateur mais à s’impliquer dans le cours augmente son engagement et améliore l’apprentissage.

L’éducation collaborative part du principe que le savoir est un peu partout autour de nous, et qu’il suffit d’intermédiaires mettant en relation ceux qui savent et ceux qui veulent apprendre. Que les cours soient en ligne ou dans des salles, qu’ils soient spécialisés ou généralistes, le principe reste le même : plutôt que d’acheter un savoir, mutualisons-le et apprenons les uns des autres.

Voir en ligne : http://www.hec.fr
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.