Global et Local

28/12. La Région Auvergne-Rhône-Alpes veut encourager l’agriculture bio

France 3 Auvergne / Gérard Rivollier

Plus d’agriculture biologique pour répondre aux marchés, c’est le vœu de la Région Auvergne Rhône-Alpes pour 2017. Un plan de soutien vient d’être annoncé pour faciliter les « conversions ».
Exemple en Haute-Loire.

« Ce qui est intéressant avec le bio, c’est d’avoir des prix plus stables parce qu’on est moins assujetti aux cours mondiaux qu’avec le lait conventionnel  », explique Gérard Chantel. Installé avec son épouse et sa fille, ce producteur de Vieille-Brioude en Haute-Loire est au milieu du gué. Il a commencé par « convertir » ses cultures l’an passé et il devrait avoir le label « agriculture biologique » en octobre 2017 après la conversion de son troupeau.

Des aides mais aussi des appréhensions

C’est pour répondre à une demande du groupe Sodiaal auquel il livre son lait que Gérard Chantel s’est lancé dans l’aventure.
La première coopérative laitière française recherche actuellement 25 millions de litres de lait bio dans le Massif Central.
L’exploitation familiale a donc commencé par réduire les herbicides et les engrais chimiques.

Le cheptel aussi va diminuer, de 85 à une cinquantaine de vaches montbéliardes :
« Moins de travail, moins à acheter ou à produire sur place pour nourrir nos animaux », détaille le chef d’exploitation, un savant calcul avec à la clef un lait mieux payé mais une perte de rentabilité de près de 30%.
Pour se « convertir », le GAEC des Saules (Groupement Agricole d’Exploitation en Commun) touche des aides de l’Etat pendant 5 ans et aussi une aide du Conseil régional de 10 000 euros pour acheter du matériel spécifique (matériel de séchage des fourrages, matériel de binage, semoir en particulier).

Mais Gérard Chantel reconnait que la décision de travailler autrement n’a pas été facile à prendre.
« Un exemple, nous avions fait 2 hectares de maïs cette année, nous avions maitrisé le désherbage sans engrais chimique, on a eu une attaque de vers gris, la récolte a été anéantie !  ».

De 5 à 15% d’agriculture bio en Haute-Loire

Cette conversion des producteurs laitiers se fait aussi avec le soutien de la Chambre d’agriculture de Haute-Loire qui propose des stages .
On y aborde les questions de certification et les démarches à suivre avec un diagnostic au cas par cas des exploitations.
En 2015, 80 producteurs laitiers ont participé à ces stages, une soixantaine devrait aller au bout de cette démarche désormais soutenue par tous les syndicats agricoles, notamment la puissante FDSEA.

« C’est une démarche porteuse, il y a une demande de la filière, nous devrions arriver dans un département comme la Haute-Loire à environ 15% d’ agriculture biologique, c’est très bien mais il faut maintenir les prix, c’est ce qui nous permettra de développer la filière bio de façon durable », explique Yannick Fialip, président de la FDSEA Haute-Loire.

Aujourd’hui, dans le département, le bio ne représente que 5% de la production.
Pour doper la filière, la région Auvergne Rhône-Alpes devrait doubler son aide en faveur des agriculteurs bio en conversion et consacrer une enveloppe de 2,7 millions d’euros, un plan de soutien a été présenté récemment.
Un marché porteur et des aides qui devraient faire progresser le bio dans le milieu agricole, sans doute plus que les seuls soucis d’environnement…

Voir en ligne : http://france3-regions.francetvinfo.fr
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.