Global et Local

>02/05. 17H55. Marée noire en Chine : ConocoPhillips va payer 144 millions d’euros

La Tribune / AFP

Reuters

Le géant du pétrole américain ConocoPhillips va payer 144 millions d’euros pour les dégâts infligés à l’environnement par la fuite l’an dernier d’une de ses plate-forme offshore au large des côtes chinoises

Le géant du pétrole américain ConocoPhillips va payer 1,203 milliard de yuans (144 millions d’euros) pour les dégâts infligés à l’environnement par la fuite l’an dernier d’une de ses plate-forme offshore au large des côtes chinoises, selon un communiqué de son partenaire chinois CNOOC.

ConocoPhilipps et CNOOC "vont payer un total de 1,683 milliards de yuans, dont 1,09 milliard de yuans de compensations payés par ConocoPhilipps China (COPC) pour les dommages à l’écologie marine provoqués par cette fuite de pétrole", selon le communiqué diffusé ce week-end.

Plus de 3000 barils de pétrole et de boue rejetés en mer

Par ailleurs, CNOOC va payer 480 millions de yuans et COPC 113 millions de yuans au titre de leur "responsabilité sociale pour la protection environnementale du (golfe du) Bohai", où est située la plate-forme Penglai 19-3 accidentée. Cette fuite survenue en juin dernier de la plus grande plate-forme de pétrole offshore de Chine avait pollué une surface maritime de plus de 5.500 km2.

Plusieurs groupes de pêcheurs avaient porté plainte contre ConocoPhillips à la suite de cette marée noire qui avait rejeté en mer plus de 3.000 barils de pétrole et de boue (utilisée comme lubrifiant dans les forages) et entraîné un important manque à gagner pour eux. En janvier, ConocoPhillips avait annoncé qu’il paierait au total un milliard de yuans de dommages pour cette catastrophe.

Début avril, le quotidien Shanghai Daily avait annoncé que ConocoPhillips et CNOOC allaient verser 305 millions de dédommagements aux pêcheurs de la ville de Qinhuangdao suite à la marée noire.

Voir en ligne : http://www.latribune.fr/
Les articles signalés ici procèdent du choix de la Rédaction. Nous vous recommandons de vous rendre sur les sites d'origine pour y consulter d'autres articles sur des thèmes approchants ou complémentaires et pour contracter des abonnements directs aux lettres éditées par nos sources.